Venez vous abriter dans le garage d’Arthur… (Épisode 1)

Chers lecteurs, ça vous tente une petite virée dans le rock garage, ce rock indéfinissable et insaisissable qui traverse les époques sous différentes formes, qui se renouvelle sans cesse, qui explose de temps en temps pour mieux se reconstruire et qui suite à diverses circonstances a décidé de faire une halte à Rennes pour notre plus grand bonheur ?

Mais comment la capitale bretonne est-elle devenue un des bastions du rock garage en seulement 4-5 ans? C’est ce qu’on vous propose de vous relater, mais pour cela, il nous fallait un gars, un gars qui a connu tout ça de l’intérieur et ce gars existe pour de vrai, son nom est Arthur Paichereau. Vous ne le connaissez pas encore, mais après cet interview, j’espère que vous n’aurez qu’une envie, celle de le rencontrer et lui offrir un verre pour en savoir plus car l’histoire du rock garage est en marche et c’est vraiment le moment de prendre le train en marche si ce n’est pas encore fait car le rock garage n’attend pas, il fonce et ne s’arrête jamais…

Sans vous dévoiler toute l’histoire mais pour vous mettre en haleine chers lecteurs, précisons qu’Arthur Paichereau a produit pas moins de 60 albums rock garage ces dernières années, a monté un studio (“‘L’abri 101”), est musicien dans deux groupes Versatil Monster et Electric Nettles, et est accessoirement très bavard, donc on peut dire qu’il est l’homme de la situation.

Arthur Paichereau est né à Bédée en 1989, commune située à une vingtaine kilomètres au nord-est de Rennes. Passionné de musique depuis tout petit, il débute bien évidemment par la guitare avant de prendre son pied avec d’autres instruments “J’ai appris la guitare en regardant et en écoutant mon père. J’ai pris une gratte quand j’avais 12 ans, j’ai fait un peu de solfège à 18-19 ans, batterie et violoncelle sont les instruments que je préfère. Quand tu es entouré d’excellents batteurs, tu apprends par diffusion et ça va vite… Je pense me mettre au violoncelle bientôt”. Puis il s’oriente vers des études de musique et part à Nancy apprendre le métier d’ingénieur du son, avant de décider de revenir en Bretagne en 2010 comme tout bon breton qui se respecte. L’enregistrement live le branche plus que le pur travail de studio et ceci expliquera pourquoi il sera tant plébiscité par les groupes garage déjà existants ou en devenir (un raccourci rapide serait de dire “enregistrer un groupe garage est un peu comme sonoriser en live un groupe de rock…”).  De retour en Ille-et-Vilaine, notre super-héros cherche alors un appart en coloc’, et le voilà qui atterrit au lieu-dit la Cherterie à l’Hermitage en compagnie de deux “zozos”. Sauf que ces deux zozos ont une passion, le rock garage, l’histoire est en marche. Ils lui font partager leur passion surtout qu’ils font partie d’un groupe les Blackjack Davy qui joue une sorte de rock sixties, un peu bourrin et très gogol qui deviendra rapidement Sapin. Arthur Paichereau fait alors ses gammes avec eux, il se met à la batterie mais surtout emprunte du matériel pour enregistrer leur première maquette. Et c’est là qu’un deuxième coup du destin va se produire car suite à une erreur administrative, Arthur Paichereau reçoit une « coquette » somme d’argent (merci Pôle Emploi !) qu’il décide d’investir sans se poser de questions (l’esprit rock garage)  dans l’achat de matériel de sono et de prise de son…

Suite des aventures dans 3 jours…

Gérald Kergourlay et Julien d’Off\On !

Publié dans Garage !, Non classé | Tagué , | Laisser un commentaire

Venez vous abriter dans le garage d’Arthur… (Teaser)

A partir de demain débarque sur le site d’Off\On ! un ovni littéraire et musical, une sorte de road trip sur le rock garage rennais. Attachez vos ceintures, ça va être terrible… En guise d’introduction, une petite playlist avec quelques protagonistes qui vont vous faire rougir de plaisir dans les semaines à venir…

Gérald Kergourlay et Julien d’Off\On !

 

Publié dans Garage !, Non classé | Tagué , | Laisser un commentaire

Off\On #8 : retour enchanté

Crédits photos : Ben Cozik

3ième édition de notre formule expos photo / concert et troisième coup de cœur  en ce samedi 13 Mai 2017 !

Définitivement, ces photos d’artistes sur scène ou en portrait valent le détour, alors n’hésitez pas à faire une petite halte pour les contempler. Elles seront visibles jusqu’au 03 juin au sein de  notre belle médiathèque de Saint-Aubin-du-Cormier.

Un grand Merci au photographe Renan Péron d’avoir pris part à notre souhait, que ton talent perdure…

Réunir dans un même lieu culturel  l’image et le son ne serait envisageable sans l’enthousiasme d’Anne-claire Vilbert,  responsable de la médiathèque à qui nous adressons un Merci sincère.

Les deux sets de Sylvain Texier du groupe The Last Morning Soundtrack au vernissage de l’expo photo et plus tard au bar associatif le bar d’à côté (appelé aussi  par les intimes et fidèles le « Bardac ») ont marqué les esprits.

Nous ne remercierons jamais assez Sylvain Texier pour ses deux concerts où son univers musical nous a permis de nous évader et de nous sentir plus léger et contemplatif.

Et puis bien sûr, nous avons pris possession du bardac toute la soirée et c’est en toute logique que nous  remercions aussi toute l’équipe bénévole impliquée pour leur confiance renouvelée et leur fidélité auprès de nos projets.

Nous vous donnons rendez-vous le samedi 17 juin sur notre scène Off\On !  lors de la prochaine Fête de la Musique à Saint Aubin du Cormier.

Off\On !

Petit bonus : voici le lien musical du  nouveau projet de Sylvain Texier, Ô Lake :

Publié dans Non classé, Off\On ! #8 | Tagué , , | Laisser un commentaire

The Last Morning Soundtrack – Promises of Pale Nights

23h00. Il se fait tard et je me suis encore perdu dans les méandres d’Internet, à flâner de musiciens en musiciens, passant allègrement du folk au funk, du rock à l’électro, quand, au détour d’un lien, une image capte mes yeux plissés de fatigue. Cette image, c’est une pochette d’album, l’album d’un artiste au nom très cinématographique “The Last Morning Soundtrack”. J’appuie sur le bouton “play” et voilà que sans crier gare, les premières notes m’emportent, mes yeux se ferment alors machinalement et voilà qu’une série d’images défilent les unes après les autres, images qui font écho à cette bande son encore inconnue et pourtant si accrocheuse. Depuis ce moment volé, cette bande son s’est définitivement imprimée dans ma mémoire et “Promises of Pale Nights” est devenu un album miroir, ces albums qui ont le don d’arrêter le temps pour nous transporter ailleurs.

Pour réaliser cette magie, Sylvain Texier, le leader de “The Last Morning Soundtrack”, a tissé un lien entre le folk cristallin de Sufjan Stevens (en particulier l’album “Carrie and Lowell”) et le néo-classique d’artistes comme Nils Frahm ou Peter Broderick, les deux icônes du label “Erased tapes”. Il lui suffit juste de quelques notes et de quelques silences pour construire des mélodies accessibles et accrocheuses, et pourtant si mystérieuses. Les arrangements sont à la fois minimalistes et complexes, se dévoilant au fil des écoutes. A travers les différents morceaux, Sylvain Texier, multi-instrumentiste, joue, ou plutôt caresse ses guitares, ses claviers, sa basse ou sa batterie. Il adapte à sa manière le fameux dicton “Pourquoi jouer tant de notes alors qu’il suffit de jouer les plus belles ?”  Et tout est beau dans l’univers de cet artiste ! Se succèdent un beau lumineux (“Our Wasted Sighs”), un beau déprimant (“Echoes of our days”), un beau détaché (“From Now On”) ou un beau galant (“Rendez-vous”) pour n’en citer que quelques-uns.

Pour toutes ces bonnes raisons, chers lecteurs, je ne peux que vous conseiller cet artiste, je vous promets que vous fermerez aussi les yeux à l’écoute de cette bande son et que vous serez éblouis par les  images qui défileront. Et, cerise sur le gâteau, Off\On ! vous propose de vivre en direct une telle expérience ! En effet, The Last Morning Soundtrack fera pour nous un double plateau le samedi 13 mai à Saint-Aubin-du-Cormier. Un premier set acoustique sera donné à 17h00 à la médiathèque pour le vernissage de l’exposition du photographe Renan Péron, puis un deuxième set complet sera proposé au Bardac’ à 21h00. On compte sur vous, c’est si beau de fermer les yeux…

Julien for Off\On !

Publié dans Off\On ! #8 | Tagué | Laisser un commentaire

L’expO #3 – Renan Péron / The Last Morning Soundtrack – Samedi 13 Mai

En ce mois de mai, Off\On ! sort enfin de sa sieste et se prépare de nouveau à vous enchanter chers lecteurs.  Et dès le 9 mai (jusqu’au 3 juin), avec une exposition du photographe Renan Péron à la médiathèque de Saint-Aubin-du-Cormier. Pour l’occasion, nous invitons « The Last Morning Soundtrack », le projet folk classieux et intimiste de  Sylvain Texier. Un premier set intimiste sera donné lors du vernissage de l’expo le samedi 13 mai à 17h00 qui sera  suivi en soirée (21h00) d’un concert au Bardac durant lequel il vous fera découvrir plus amplement son univers à la fois cinématographique, mélancolique et poétique. D’ailleurs, n’hésitez pas à aller flâner sur  les liens de ces deux artistes que nous sommes ravis de recevoir… Regardez, écoutez, et venez nous rejoindre le 13 mai !

Publié dans Off\On ! #8 | Tagué , | Laisser un commentaire

Papapla – 17/02/2017 – Bardac’ – Saint-Aubin-du-Cormier

papapla

A vos agendas! Le groupe Papapla fera son premier concert le 17 février à Saint-Aubin-du-Cormier au Bardac’, le fameux bar associatif qu’on adore à Off\On ! Notre enthousiasme vient du fait que Paplapla constitue en réalité la suite des pélégrations de Thierry Lolon qui menait déjà en solo le groupe rennais “Band of Ghosts”. En 2011, il nous avait gratifié d’un magnifique premier album “The Bag” fortement influencé par l’indie folk et l’americana et on attendait vivement la suite depuis. Mais tout cela est presque de l’histoire ancienne, le projet ayant pris définitivement une toute nouvelle direction, beaucoup plus libre et expérimental. Secondé maintenant par Martial Hardy, les deux acolytes, véritables érudits de musique, n’hésitent plus à emprunter sans cesse des chemins de traverse, en alternant sans complexe le chanter, le parler et les morceaux instrumentaux. Le folk britannique est autant à l’honneur que le folk français (Bertrand Belin), en passant par les States avec notamment les travaux acoustiques de Yo La Tengo (“Fakebook” et “Stuff Like That There”). Fort de cette liberté, les premiers morceaux du groupe abordent différents thèmes, de l’insignifiance (“La plage”) à l’incompréhension (“What am I doing here”) en passant par la solitude (“Maurice waltz”), jouant ainsi sur les émotions de l’auditeur. Émotions amplifiées par la voix magnétique de Thierry, qui se livre ici à un véritable travail d’orfèvre, et par le jeu de guitare de nos deux musiciens, à la fois maîtrisé, libre et décomplexé. Avec ce premier essai, ovni folk définitivement inclassable, le duo a mis la barre très haute et on a hâte d’inaugurer leur baptême de feu le vendredi 17 février. Tout simplement immanquable!

Julien for Off\On !

Toute la programmation du Bardac’ sur   http://bardac.blogspot.fr/

Le facebook de Papapla : https://www.facebook.com/papapla-1674785066171019/

Publié dans Non classé, On Air ! | Tagué | Laisser un commentaire