La harpe (1/2) – Nouvel instrument arty de la musique actuelle

En cette année 2003, une poignée d’artistes décide de se réapproprier le folk et de lui insuffler un souffle nouveau. Personne ne les connait, ils s’appellent Devendra Banhart, Cocorosie, Vetiver. Ils ont chacun une identité musicale très marquée et propose un folk à la fois plus moderne mais aussi plus radical et plus expérimental avec l’introduction de samples, de distorsions et de bruitages délirants. Et dans cette mouvance, une petite fée débarque, elle se nomme Joanna Newsom, sa musique est belle à mourir et elle joue de la harpe.  La harpe, qui était alors plus ou moins cantonnée aux musiques traditionnelle et classique, devient d’un coup arty voir root. Notre harpiste, auto-proclamée harpeuse, devient alors sans crier garde la nouvelle égérie de la scène folk.

Il y avait bien-sûr eu le travail fondamental de la bretonne Kristen Noguès au cours des 3 décennies précédentes. N’ayant que très peu enregistré car elle privilégiait la scène, les concerts et les rencontres sur la route avec tous types de musiciens, sa musique n’a malheureusement été que très peu diffusée, pas à sa juste valeur en tous cas.

Il y avait aussi le travail très intéressant d’artistes jazz à la harpe depuis les pionniers autodidactes comme Harpo Marx, jusqu’au new-yorkais Park Stickney.  Sans oublier Deborah Henson-Conan avec sa harpe électrique dans la musique blues américaine, ou encore la canadienne Loreena McKennit en musique traditionnelle folk. Mais là, notre petite fée Joanna Newsom, part en tournée avec toute la bande de Devendra Banhart mais aussi Will Oldham (Bonnie Prince Billy) et Cat Power… La magie opère ! D’ailleurs, elle fera encore plus fort avec l’album suivant Ys  -d’inspiration celtique à propos de la légende de la cité engloutie- arrangé, produit et enregistré avec la triplette Van Dyke Parks, Jim O’Rourke et Steve Albini, un casting de rêve! Plus de 250.000 albums se sont écoulés à travers le monde, un chiffre incroyable pour un album de harpe !

A propos de musiques celtiques, Depuis 34 ans se tiennent à Dinan les Rencontres Internationales de Harpe qui ont eu lieu chaque année autour du 14 juillet. Worshop, concerts, conférences, salon des luthiers vous y attendent.  Depuis quelques années,  la salle de musiques actuelles de Dinan, Le Labo, propose une programmation très moderne avec par exemple en 2016 les groupes JeanJeanne et le harpeur Mael Lhopiteau, pour deux scènes très électro. Ancrés dans le XXIe siècle, ces harpeurs utilisent tous les outils actuels pour composer: boucleur, pédales d’effets… le plus souvent sur harpe électro. On peut s’en rendre compte avec JeanJeanne et son morceau vagabonde

 

Le groupe qui incorpore 2 harpes électriques montre que l’instrument est en perpétuelle mutation, que ce soit d’un point de vue répertoire ou technique de l’instrument. Pour arriver à la harpe électro, il y a eu plusieurs étapes dans l’évolution de la lutherie de l’instrument. Alors que le violon n’a que très peu évolué depuis Stradivarius, la facture de la harpe n’arrête elle pas d’évoluer.

D’ailleurs, dans une prochaine chronique, nous nous pencherons davantage sur l’instrument, pas d’un point de vue répertoire et interprétation, ni historique, mais du point de vue lutherie.

Gérald Kergourlay , invité de marque de Off\On !

Cet article, publié dans Découvertes, Non classé, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Express yourself !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s