Stone of a Bitch – Stone of a Bitch

 

Stone_of_a_bitch_Frontcover.jpg

[Crédit Image : Marie ‘Mevelie’]

Chères auditrices, Chers auditeurs,

pour vous convaincre de venir le 3 février à notre « Royal Butter Hall #4 »,  laissez vous happer par la chronique de Thierry sur le magnifique album éponyme de Stone of a Bitch :

Stone of a Bitch : des mots qui claquent. Avec un nom comme ça, il vaut mieux en avoir sous le pied. A l’écoute du premier album éponyme du duo cannois, on peut affirmer qu’il n’y a pas tromperie sur la marchandise.

Dès « that’s a war » et sa bonne grosse ligne de basse, on accroche instantanément à des titres très bien construits où l’énergie va de paire avec des mélodies réussies et des arrangements bien fichus.

Autre point fort du groupe, le phrasé-parlé très rock de la chanteuse : un timbre légèrement androgyne, de la désinvolture, un soupçon d’ironie vénéneuse pour un chant très rythmique.

Jusqu’à « carribean dive », un redoutable boogie stoner avec solo de fuzz, Stone of a bitch concasse avec brio 30 ans de rock indé musclé ; on pense à Placebo, aux Pixies, à Soundgarden,(ouahhh la guitare vrombissante sur holy ! ) ou à Sonic Youth..
Et puis, à mi-album, le climat évolue : les titres sont moins frontaux, plus longs et plus instrumentaux. Des sonorités acoustiques viennent pointer le bout du nez, la palette sonore s’élargit.

« Wolves », « croisette » et « tnbrs » constituent une sorte de triptyque progressif et expérimental au sein de l’album : plus complexe, chaque titre juxtapose des séquences à priori contre-nature mais qui pourtant s’enchaînent et s’emboîtent parfaitement. L’auditeur se trouve propulsé dans une sorte de trip où les repères s’estompent : ritournelle enfantine puis grandiloquence maîtrisée (sans tomber dans le pompiérisme) puis riff coup de boutoir répété en boucle sur « tnrbs ».
La fin de l’album est un retour aux fondamentaux avec le tubesque « cold blood tear » ( qui au passage n’aurait pas dépareillé sur un album de ce bon vieux Frank Black, « the cult of Ray » par exemple) et le très catchy « Hush’in around ».

Voilà, vous êtes prévenus. Le 3 février, apportez votre brillantine car ça risque de décoiffer.

Thierry

Plus d’infos sur « Stone of a Bitch » sur leur site internet https://sites.google.com/view/soab-presskit-en/soab-pk-en et sur facebook https://fr-fr.facebook.com/StoneofaB/

En écoute sur soundcloud :

 

Et juste pour finir,  à noter que ce concert fait partie de leur tournée ‘Petite Cylindrée 2018’ :

SOAB tour

[crédit photo : Christian Soulier]

« Stone of a Bitch », on vous attend de pied ferme !

Publicités
Cet article, publié dans Non classé, Off\On #10, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Express yourself !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s