Venez vous abriter dans le garage d’Arthur… (Épisode 7)

 

Et l’aventure de Arthur Paichereau et de toute cette scène garage ne semble pas prête de s’arrêter (enfin on ne sait jamais avec le garage) et est toujours en perpétuelle mutation. Arthur finalise un nouveau projet de résidence-studio près de Saint-Brieuc, l’idée étant de mettre les musiciens dans les meilleurs conditions pour enregistrer (en gros le concept serait flâner, enregistrer, flâner, enregistrer…). Et quand on lui demande si dans le garage, on a aussi des objectifs et des plans de carrière, il nous répond sans concession “ On a des objectifs, c’est pas parce qu’on s’en fout du lendemain qu’on en a pas. Au début c’était jouer à Rennes et rencontrer du monde, paf ! On joue à Rennes et on rencontre du monde, c’était trop bien ! Ensuite faire venir des gens dans le studio et faire jouer un maximum de groupes… 70 albums de tous genres (principalement garage mais aussi de chanson, musique bretonne, jazz…) en 5 ans, c’est pas mal, ça commence à tourner ! Après on se dit, qu’est-ce-qu’on va faire ? On va commencer à tourner en France, tous les groupes ont fait des petites tournées en France, Black Boys on Moped, Sapin, Kaviar, Madcaps tout le monde a tourné. Après on s’est dit l’Europe ! Certains sont partis en Angleterre, d’autres en Espagne, Belgique, Italie, Allemagne, certains ont un peu tout fait, la Suisse c’est trop bien et après c’était jouer dans nos festivals préférés, Binic c’était un de nos objectifs ! Ça c’est un but ultime !  « Jouer à Binic, on peut mourir maintenant ! ». Et de continuer “Les Trans, Kaviar y est passé l’an passé,  Chouette et Madcaps y sont cette année. C’est des objectifs, c’est ça nos objectifs, c’est des petits objectifs qu’on fait pas à pas et sans aucun moment se dire qu’on va vivre de ça, on ne se met pas de pression, on se dit pas si on joue pas aux Trans ça fait chier. A un moment on fait le bilan, on se dit, là on en envie d’y retourner car c’était trop bien, là non, on fait un tri, quels endroits on va en tant que spectateur et où on rêve de jouer, Binic et les Trans c’est sûr, personne d’entre nous n’a envie de jouer aux Vieilles Charrues, même si ça se produit, on ne dirait pas non bien entendu… Je ne serais pas à l’aise dans un lieu qui met autant d’argent dans la programmation pour quelques groupes… L’argent est une fin en soi, le groupe vaut tant, on le prend, il n’y a pas de programmation de cœur, ce n’est pas la vision que j’ai ! Binic 60000 personnes est un festival qui accueillent 30 groupes et je connaissais pas 15 des groupes programmés, ça c’est génial, comme les Trans… C’est dans ce genre de festivals qu’on a envie de jouer !”

Gérald Kergourlay et Julien d’Off\On !

Publicités
Cet article, publié dans Garage !, Non classé, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Express yourself !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s