Rover – Let it glow – le 11 février à Saint-Aubin-du-Cormier

12789

Cette chronique constitue une première : c’est en effet ma première chronique sur un artiste ‘mainstream’, c’est-à-dire à la fois encensé par la critique (nominé aux Victoires de la musique par exemple) et le public (plus de 200 concerts à son actif). Par conséquent, cette chronique se doit d’être mainstream. Aucune référence à Dad Rocks!, Mha ou Lady Jane ne sera autorisée, ne devront être citées que des icônes emblématiques, ceux qui ont soi-disant changé le cours de la musique !

 Car Rover a décidé de relever le défi ultime : le défi d’être un rockeur ! Or, en France, qui dit rockeur dit inévitablement… Johnny. Le terrain est complètement obstrué. A titre d’exemple, il a fallu presque une vie entière pour qu’on considère Bashung comme un rockeur. Matthieu Chedid, alias -M-, a cru atteindre le graal il y a une dizaine d’années mais depuis, il est redevenu un simple compositeur/chanteur français ! Non, c’est comme ça : en France, la définition du rockeur, c’est Johnny, ou Eddy Mitchell à la rigueur ! Et pourtant, en 2011, un colosse a réussi à surgir de nulle part, à se faire un petit nom, puis un plus grand, avant d’exploser avec son premier album éponyme… Cet artiste, c’est donc Rover. Il avait en effet tout pour plaire sur le papier : compositeur, multi-instrumentiste, voyageur du monde (de New-York aux Côtes-d’Armor en passant par Beyrouth et Berlin). Ses références étaient les Beatles (à 6 ans, il était déjà bouleversé par  ‘A day in a life’, c’est pour dire), les Beach Boys, Bob Dylan ou  Lou Reed, enfin bref, que du bon !

Malgré tout ça, mélomane averti que je suis, j’étais méfiant à l’époque devant un succès aussi fulgurant et immédiat, succès concrétisé d’ailleurs par une première nomination aux Victoires de la musique en 2013 en tant qu’ ‘artiste révélation du public’, puis deux ans plus tard, par une autre nomination pour ‘l’album rock de l’année’.  Alors quand on nous a chaleureusement proposé de nous associer à son concert (en passant, un grand merci au centre culturel de Liffré et à l’Espace Bel Air de Saint-Aubin-du-Cormier), ma réaction fût assez ‘mi-figue mi-raisin’. Mais j’ai décidé de jouer le jeu… Et j’ai écouté ce deuxième album : ‘Let it glow’. Car oui, je dois le reconnaître : j’avais fait l’impasse jusqu’à présent sur Rover…

Et là contre toute attente, le Monsieur m’a épaté dès le premier morceau, ‘Some Needs’ : cette chanson, c’est du pur Bowie, du copié-collé de la période ‘The Rise and Fall of Ziggy Stardust and the Spiders from Mars’. Sauf que cette période est excellente et qu’une chanson comme ça, on n’en avait pas entendu depuis 25 ans pour être précis ! Cette chanson, c’est un peu un rêve de fou pour les amateurs de Bowie (dont je fais partie), comme si elle sortait d’un coffret d’inédits! D’ailleurs, le début de l’album sonne très seventies, avec ce folk psychédélique, léger et coloré. Avant de s’assombrir dans une deuxième partie plus atmosphérique, plus sombre et plus électrique. Le fil conducteur est cette voix, cette voix caméléon et protéiforme, assurant à la fois une incroyable cohérence à l’album tout en définissant une identité propre à chaque titre !

Alors oui, devant un tel talent, je baisse les armes, tout attaché au rock indé que je suis, et allergique au mainstream dont nous bombardent les radios à longueur de journée, je dois admettre que j’adore cet album !  Rover ne va peut-être pas révolutionner la musique mais ce qu’il fait est tout simplement impressionnant, et honnêtement ça fait vraiment plaisir qu’un gars proposant une telle musique ait réussi à percer. Alors, petit conseil, faites comme moi : laissez vos éventuels préjugés derrière vous ou soyez tout simplement curieux, écoutez Rover, et encore mieux, venez le voir le 11 février à l’Espace Bel Air de Saint-Aubin-du-Cormier ! Il serait fort possible qu’il soit nominé une troisième fois aux Victoires de la musique en tant que meilleur spectacle, et vous seriez alors fier de pouvoir dire : « j’y étais » !

Julien for Off\On !

Publicités
Cet article, publié dans Non classé, On Air !, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Express yourself !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s