Off\On ! #6 – My Sleeping Doll – Inner Waves

0007895582_10

Le descriptif de présentation de l’album était clair : “Des arpèges cristallins, une voix habitée, tel est le point de départ du voyage proposé par My Sleeping Doll ». Donc, début du voyage : l’album commence par ce morceau aguichant “Ain’t gonna last” sur lequel la voix de Sandreen t’ensorcelle avec la fragilité de son timbre. Étrangement, tu ne connais pas la miss, mais tu as pourtant envie de lui faire confiance et de la suivre dans cet univers qui t’est encore inconnu. Et te voilà alors plongé dans une sorte de rêve éveillé avec ce “Awoken”, deuxième morceau de l’album. La tension du morceau est palpable et devient presque étouffante, étouffante mais toujours ensorcelante, alors tu continues à la suivre.

Et c’est là qu’arrive “Don’t turn away”, le Mulholland Drive de l’album. A ce moment-là, sans crier gare (Attention spoiler ! mais c’est pour la bonne cause…), My Sleeping Doll brouille les pistes, surprend l’auditeur, l’emmène quelque part qui n’était pas dans le contrat… L’effet est immédiat : la narration du morceau est implacable, une première partie claire, limpide presque lumineuse puis un silencio de quelques secondes seulement perturbé par quelques paroles indéchiffrables, puis tout devient flou, étrange, hors contrôle jusqu’à ce final sonique effrayant et flippant. L’immersion auditive est totale, le chemin du retour n’est même plus envisageable.

Heureusement (ou pas !), l’interlude “Shape”, et le magnifique “Friend” avec ce jeu de guitare cristallin en toile de fond, nous permettent de retrouver un peu nos esprits. La suite de l’album est portée par la voix habitée de Sandreen, les titres  “Fatal Machine”, ”Language” et “Burning” s’enchaînent merveilleusement les uns avec les autres, avec une incroyable cohérence. Puis avec “L is D”, My Sleeping Doll tutoie de nouveau les cieux avant “Midnight Song”, un dernier morceau qui flotte entre le réel et l’irréel, te permettant ainsi de redescendre en douceur. Waouh !

Voilà l’effet qu’a fait cet album sur moi et j’espère de tout cour que vous éprouverez les mêmes sensations en l’écoutant. Une autre possibilité que je vous recommande fortement pour rentrer dans cet univers est de venir le 19 novembre au Royal Butter Hall de Saint-Aubin-du-Cormier, vous saurez alors si Sandreen de My Sleeping Doll est plus Diane Selwyn que Camilla Rhodes, ou dans une autre dimension plus Rita que Betty…

 Julien for Off\On !

Label :  Inmybed – http://www.inmybedmusic.com/

Publicités
Cet article, publié dans Non classé, Off\On ! #6, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Express yourself !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s