The Missing Season – Getting Back

Après l’album « After Hours », voici une double chronique du dernier album de The Missing Season, « Getting Back », sorti en janvier. Le groupe viendra le défendre à la Halle au Beurre de Saint-Aubin-du-Cormier le Samedi 12 mars dans le cadre Off\On ! #3. Venez nombreux, on compte sur vous !

Getting Back

 

Je me rappelle avoir vu The Missing Season  il y a une petite dizaine d’années à Rennes. C’était dans un bar au fond d’une petite cour, pas très loin du disquaire « rocking bones ».

A l’époque, le groupe jouait en acoustique : deux chanteurs, deux guitares. J’avais été marqué par la qualité des  voix : les parties vocales, très au point, toujours chantées simultanément, restent la marque de fabrique du groupe. Le style  musical oscillait à l’époque entre folk et country minimaliste et m’avait fait penser à Will Oldham.

Au cours des années, le groupe s’est progressivement électrifié et c’est tant mieux : cela lui a permis de s’éloigner de ses parrains  musicaux et d’affirmer une  identité musicale forte, immédiatement identifiable même si sous influence nineties.

L’album « Getting back », sorti il y a quelques mois, arrive après l’excellent « After Hours » qui date de 2014. Il contient 11 morceaux auquel on accroche immédiatement et constitue, à mon avis, le point d’orgue de la discographie du groupe: harmonies vocales renversantes, évidence mélodique assez incroyable, plaisir de jouer communicatif (on sent que les gars prennent leur pied à jouer ces morceaux, à empiler avec panache différentes strates de guitares saturées), alternance de plages calmes et de chevauchées électriques. Le groupe maîtrise aussi bien l’art de la ballade folk passée au papier de verre (« at your wedding ») que les titres façon montagne russe (« shadows » et son break  tellurique).
La nostagie et la mélancolie, qui nimbent une bonne partie des morceaux (« getting back to realize what you have lost » sur le titre « getting back ») et qui éclairent le nom poétique et  mystérieux du groupe rennais, forment le fil rouge de l’album et plus largement de sa discographie.

On devine chez The Missing Season une érudition musicale et un tas d’influences archi
recommandables. Pour autant, le groupe n’apparaît pas comme une pâle copie de ses héros :  il est parvenu  à prendre et à synthétiser ce qu’il y avait de meilleur pour produire une musique intemporelle et délivrer un rock indé idéal.On passe d’un morceau à l’autre sans que l’intérêt ne baisse : c’est puissant, mélodique et jouissif. Dans un monde idéal, The Missing Season serait en tête des charts, alors ne les manquez pas!

Thierry for Off\On !

 

Petite question : quel est le dernier album qui vous ait donné la pêche en l’écoutant ? Celui qui vous a donné envie de chanter comme un abruti, de sautiller sur votre canapé  et même de participer à un concours d’air guitar ? C’est-à-dire l’album qui vous permet de passer du mode off au mode on ?… Eh bien pour moi, le dernier, c’est cet album de The Missing Season, simple, direct et sans prétention, tout simplement jouissif, tout simplement rock !

Cet album fait écho au précédent album “After Hours” mais la face obscure de ce dernier a presque disparu au profit de l’insouciance, et cette fois-ci les Missing ont accéléré le tempo. L’évolution du duo originel en quintet est maintenant totalement assimilée, chaque membre apportant sa touche à l’édifice et immanquablement, tout ça nous ouvre un champs des possibles quasi infini. Musicalement, le groupe plonge avec cet album dans les années 90 quand le rock indépendant faisait rage. Les influences sont multiples (Weezers, Pavements et Sebadoh notamment) et même souvent évidentes… sauf que cet album n’aurait jamais pas pu sortir à cette époque. Car il synthétise à lui seul tout ce courant en n’en retenant que les bons côtés et notamment cette approche lo-fi et jouissive qui était directe mais jamais facile. Rien de dépressif dans ce disque : ça respire le cool, on est ici pour s’éclater, voire danser même. La complicité musicale entre les 5 membres est évidente. Ça donne d’ailleurs envie de faire partie du groupe et de partir en tournée avec eux dans leur bus (ou leur van …).

L’autre point fort du disque sont ces arrangements électriques qui voilent les morceaux les uns après les autres sans souiller ces mélodies si accrocheuses. Les titres pourtant directs dévoilent alors au fur et à mesure leur complexité et leur potentiel, si bien qu’après quelques écoutes on a finalement l’impression de tenir en main une sorte de best-of, chaque titre sonnant comme un tube en puissance.

“After Hours”, le précédent album, qui avait surpris et révélé les premiers soubresauts du groupe vers l’électrique, n’était donc qu’une étape. Ce qui est sûr, c’est que la version 2016 des Missing Season est vraiment taillée pour le live. Souhaitons qu’elle les mène tout droit vers une reconnaissance bien méritée. Ils ont tout pour eux : les compos, l’énergie, la classe… Il ne manque plus qu’à trouver la mèche et l’allumer ! Et pour cela, rien de tel qu’un bon concert et, en toute objectivité, tout semble calé pour que ce soit celui du 12 mars à la Halle au Beurre de Saint-Aubin-du-Cormier ! Oui, c’est promis, chers lecteurs, les Missing Season vont tout faire pour éclater l’ampoule de Off\On ! et ça va faire grand bruit ! Tout simplement Immanquable !

Julien for Off\On !

 

 

Publicités
Cet article, publié dans Non classé, Off\On ! #3, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Express yourself !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s