The Coral – Magic and Medecine

Cover - Magic and Medecine

Après une première pop, puis une seconde folk, ma troisième chronique ne pouvait être que rock et mon choix s’est porté tout naturellement vers mes petits chouchous que sont “The Coral”. Attention, amateurs de gros sons, d’arrangements électriques à gogo, passez votre chemin. Ici tout est subtilité et finesse avec des sonorités acoustiques, bercées par des pointes de psychédélisme et de mélancolie…Mais ce qui marque surtout les esprits à l’écoute de cet album, c’est que chaque morceau s’appuie sur une mélodie finement ciselée à la différence de leurs confrères (The Libertines, The Strokes, Muse et j’en passe…)… Et comme en plus, ils sont fans de blues, des Kinks et des western spaghetti à la Ennio Morricone (je recommande d’ailleurs chaudement le morceau “Don’t Think You’re The First”…), ce n’est que du bonheur… Allez, lancez-vous : surtout si vous n’êtes pas amateur de rock, c’est peut-être le disque qui va vous faire changer d’avis…

Mais revenons au commencement…The Coral, groupe originaire de Liverpool (quel cliché!) connaît un début de carrière fulgurant, avec un premier album qui a tout explosé sur son passage en 2002, notamment en Angleterre (aidé il est vrai par le revival du rock anglais avec les sur-estimés The Libertines). Pour ma part, je le trouve sans intérêt : du rock bien fait mais sans émotion, brouillon, mille fois entendu..Pourtant un titre se démarque des autres “Dreaming of You”, une petite bombe rock de 2min21 top chrono. Simple, efficace, ils auraient pu continuer dans la même veine que ce titre. Mais non, ils décident d’emprunter une autre voie moins immédiate mais plus cohérente, qui se dévoile à chaque nouvelle écoute. Malheureusement, une partie de leur public ne les suivra pas et à partir de ce moment là, ils deviendront assez confidentiels..Ça ne les empêchera d’enchaîner sur plusieurs albums (4 albums en 4 ans) et notamment de donner le jour à “Roots & Echoes”, leur deuxième chef d’oeuvre, toujours dans le même style..Un dernier album “Butterfly House” sera enregistré en 2010 avant la dissolution plus ou moins annoncée du groupe..Mais pas de panique, pratiquement tous les membres de groupe se sont lancés en solo et notamment Bill Ryder-Jones qui nous a gâtés de 2 petits bijoux de pop d’une beauté sidérante : “If…” et “A Bad Wind Blows in My Heart”… C’est-y pas magique tout ça ?

28 July 2003 – Epic

Julien for Off\On !

Publicités
Cet article, publié dans Playlist #3, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Express yourself !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s